04/02/2006

One week ago...

Il y a une semaine... Il me fallait un électrochoc pour me remettre de la disparition de mon portable. Ce fut une rousse qui me l'a administré. Il y a une semaine, je sortais du concert de Mylène Farmer à Bercy... (edit : en fait, on est sorti à minuit et une rawètte, mais j'ai mis du temps à écrire ce qui suit :-)

Comment vous raconter ce concert... Les superlatifs ne manquent pas, mais je dirais tout simplement I-NOU-BLI-ABLE... Elle nous a présenté un show dynamique, tendre, triste par moment, toujours émouvant, plein de symboles... Tout ce qui la caractérise... Honnêtement, je ne m'attendais pas à pleurer comme une gamine... Mais ce fut les chutes du Niagara durant les 3/4 du spectacle. La voir, là, à quelques mètres, interpréter ses chansons, chansons qui me touchent quasi toutes (tant par les paroles que par la musique), la voir partager tant de complicité avec nous, son public...

Bon. Je vais quand même vous décrire un petit peu cette soirée... Généralement, on dit qu'un bon artiste sait soigner son entrée et sa sortie. Mylène est définitivement une bonne artiste. Entrée sur une scène centrale en forme de croix, dans la fosse. La scène principale est occultée par deux portes gigantesques. L'intro musicale commence, puis les projecteurs éclairent un objet au plafond. Il s'agit d'un sarcophage transparent. Elle est étendue à l'intérieur. Le sarcophage descend lentement, et se pose sur la scène centrale. Porté par 6 danseurs tout de noir vêtus, le cercueil chemine de la scène centrale à la scène principale, via un pont amovible qui descend au dessus du public. Les deux portes de la scène principale s'ouvrent lentement tout au long de l'intro. Une fois posé au centre de la scène, le sarcophage se redresse à la verticale, Mylène en sort et entame "Peut-être toi"...

Elle enchaîne ensuite des titres de son dernier album ("Avant que l'ombre") et des morceaux plus anciens, comme California ou Sans Contrefaçon. Puis les lumières se tamisent et se concentrent sur la scène centrale. Un piano apparaît lorsqu'une partie du sol de cette scène pivote. Mylène arrive, juchée sur un chandelier géant qui se promène suspendu au dessus du public. Elle interprète "Ange parle-moi" accompagnée simplement au piano. C'est le moment "calme", avec des chansons comme "Redonne-moi", "Rêver", "Ainsi sois-je". Elle entame ensuite "l'Autre". Hissée sur la scène centrale par le service de sécurité, une petite veinarde vient rejoindre Mylène, qui va lui chanter sa chanson les yeux dans les yeux... (Grmmbl... jalousiiiiiiieeee!!!)

Ensuite, retour sur la scène principale, pour la chanson cachée du CD ("Nobody knows"). Une mise en scène très originale pour "Je t'aime mélancolie" (Mylène et ses danseuses dansent dans des tubes de tissus qui descendent du plafond). D'autres morceaux s'enchaînent, mais je retiendrai la pêche et la sensualité avec laquelle la belle rousse a repris "Déshabillez-moi". C'était agréablement surprenant! Elle interprète ensuite "Les mots" avec son batteur (très bon chanteur également). Puis le très attendu "Fuck them all". Puis c'est la fin. Les lumières s'éteignent. Déchaînés, dans le public, on hurle pour le rappel. Et là, surprise... Un rideau d'eau se met à couler du plafond, au niveau de l'avant de la scène. Avec mes amis, on avait du mal à y croire ("C'est de l'eau??? Non! T'es sûr? Mais non, c'est un voile léger! Mais si regarde, c'est de l'eau!!!"). Le visage de Mylène est projeté sur ce rideau tandis qu'elle commence à chanter "Avant que l'Ombre". Elle est derrière ce rideau original et s'avance vers l'avant de la scène. Le rideau d'eau s'ouvre littéralement pour la laisser passer avant de se refermer. Moment magique : en écho à la chanteuse qui nous sussure qu'il faut "laisser le passé redevenir le passé", le rideau laisse s'écouler les lettres P-A-S-S-E... C'est assez difficile à expliquer avec des mots, mais bon... Finalement, le rideau s'ouvre à nouveau, Mylène termine la chanson en montant lentement les escaliers qui décorent le fond de la scène, comme attirée par la lumière qui se trouve en haut de ces marches... Tandis que le rideau d'eau prend la forme de la silhouette de la chanteuse, elle monte lentement en se débarrassant lentement de sa (magnifique!) robe rouge (dessinée par Franck Sorbier, que j'A-DO-RE! (Frank, si tu me lis, je suis top-model à mes heures perdues )). Elle finit sa chanson nue, dans la lumière, et se retourne pour nous faire signe, avant que les deux grandes portes de la scène se referment...

J'ai mis quelques minutes à me remettre, à arrêter de pleurer comme une madeleine et à m'arracher de mon siège...

Je savais que ça allait être bien, mais là, c'est au-delà de toute espérance... Au passage, je tiens à remercier les trois amis avec qui je suis allée à ce concert (Lionel, Grégory et Cécile). On s'en est pris plein les yeux, on s'est bien amusés et on remet ça dès que possible (le concert des Stones!!!!!). Merci également à mes amis parisiens (David, Constance, Nat, Médé, etc!) (+ DioKhan le périgourdin, aussi :-p) pour leur accueil parfait, comme à chaque fois, pour les 2 excellentes soirées qu'on a passé ensemble...

02:38 Écrit par Alcyone dans D'aventure en aventure | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Pure vérité Je le dis, totalement hysterique la fille !! Rien qu à la sortie du concert !!! J'imagine pas pendant...
J suis content de pas avoir assisté au concert, à proximité de Miss "chutes du Niagara", sinon j'aurais pu investir dans un sonotone et un sechoir haute puissance !!

Nan franchement j'aurais bien voulu voir ça, surtout que Mylene est loin d'être désagréable à voir (surtout vers la fin du concert parait-il), ni à entendre...

Écrit par : DioKhan | 04/02/2006

Tain Rousse...
Je fond...
Je fond...
Non je suis pas fan de Mylene...
Juste fan des rousses...
Fondre...

Écrit par : Cederik | 05/02/2006

welcome Bienvenue au club Cederik
Comme ça chuis pas le seul à me liquéfier dès qu'une rousse passe dans les parages

Écrit par : DioKhan | 05/02/2006

Ha bah alors... ... Je ne peux que vous (re)donner ici un des blogs de Teddy, consacré aux rousses (j'ai même eu l'honneur d'y figurer) : Redhead, voir le lien ci-dessous... Bavez pas trop, hein!

Écrit par : Alcyone | 05/02/2006

Les commentaires sont fermés.